Acte constitutif

Le 21ème jour du 3ème mois de l’an de V∴L∴ 5998, les MM∴ Maç∴ [dont la signature est apposée au bas du présent acte], ayant tous été initiés et élevés à la Maîtrise dans une L∴ juste et parfaite déclarent librement vouloir être fondateurs d’un nouvel At∴ et tenir L∴ sous le titre distinctif de la R∴ L∴
LE LABYRINTHE
à l’O∴ du Genevois
Considérant que la Franc-Maçonnerie a pour caractère fondamental l’universalité, ils décident d’adopter les principes qui suivent :

Un M∴ libre dans une L∴ libre

Le LABYRINTHE est une L∴ qui réunit des FF∴ dont l’objectif est de contribuer à la construction du Temple. Cette construction concerne aussi bien chaque M∴ qui doit se fortifier en tant qu’individu dans la société que, dans un sens plus large, la contribution à l’émergence d’une société plus juste.

Les fondements et les objectifs de la L∴ reposent sur l’intégration totale et indissociable de quatre démarches utilisées comme éléments d’architecture.

La tradition ésotérique

... est la pierre de fondation. D’elle dépendront la démarche initiatique, le rituel, et l’utilisation des symboles.

La démarche initiatique s’inscrit dans la tradition ésotérique. Elle permet d’aviver les potentialités latentes en rapport avec la quête philosophique. Elle favorise les analogies entre la L∴ et la société par la pratique des rites de passage et des jeux de rôles.

La pratique du rituel favorise la transition du profane au sacré. La L∴ ne connaît de réunion qu’au temple et en tenue. Le rituel sera mené comme une démarche pratiquée avec sens et rigueur, riche en éléments symboliques. Il est une technique de mise en condition, qui permet à l’aide de paroles et d’actions hiérarchiques, de suggérer un temps et un espace sacré. Il suscite une réflexion sur l’homme et le monde en rassemblant la diversité dans un ensemble plein de sens.

Le symbolisme est le lieu géométrique de la liberté. La présence de tout symbole en L∴ implique la libre interprétation personnelle du signifiant symbolique. Les symboles ont une fonction analogique : représentation de ce qui est absent par ce qui est présent. Les symboles sont d’autant plus riches qu’ils appellent des associations dans l’esprit des FF∴ comme autant de multiples valeurs qui se complètent. Ils gagnent en profondeur ce qu’ils perdent en précision.

La pensée libre

... est la pierre de fondation. D’elle dépendront la démarche initiatique, le rituel, et l’utilisation des symboles.

La démarche initiatique s’inscrit dans la tradition ésotérique. Elle permet d’aviver les potentialités latentes en rapport avec la quête philosophique. Elle favorise les analogies entre la L∴ et la société par la pratique des rites de passage et des jeux de rôles.

La pratique du rituel favorise la transition du profane au sacré. La L∴ ne connaît de réunion qu’au temple et en tenue. Le rituel sera mené comme une démarche pratiquée avec sens et rigueur, riche en éléments symboliques. Il est une technique de mise en condition, qui permet à l’aide de paroles et d’actions hiérarchiques, de suggérer un temps et un espace sacré. Il suscite une réflexion sur l’homme et le monde en rassemblant la diversité dans un ensemble plein de sens.

Le symbolisme est le lieu géométrique de la liberté. La présence de tout symbole en L∴ implique la libre interprétation personnelle du signifiant symbolique. Les symboles ont une fonction analogique : représentation de ce qui est absent par ce qui est présent. Les symboles sont d’autant plus riches qu’ils appellent des associations dans l’esprit des FF∴ comme autant de multiples valeurs qui se complètent. Ils gagnent en profondeur ce qu’ils perdent en précision.

La réalisation personnelle

... est la clé de voûte; elle est nourrie par un travail en L∴ visant au progrès de l’humanité.

Les travaux de réflexion sur les problèmes sociaux et philosophiques favorisent l’ouverture au monde : culture, vie de la cité, projets de société, … Les débats d’idées contribuent à la promotion des valeurs de notre Ordre par un ancrage dans le passé, par des passerelles dans l’espace comme dans le temps et par des projections dans l’avenir.

Les travaux symboliques favorisent la pleine réalisation des membres et visiteurs de la L∴ dans leurs démarchent initiatiques. Ils alimentent la réflexion sur la morale et l’éthique proposées par notre Ordre dans la perspective d’une consolidation de chaque maillon.

La fraternité

... est le ciment; elle réunit ce qui est épars ; elle se constitue et se construit par le partage d’un vécu initiatique commun ; elle favorise l’intégration des trois démarches ci-dessus.

La pratique de la fraternité permet aux FF∴ de s’aimer et de se reconnaître. Elle consolide la chaîne d’Union entre les FF∴ notamment par le partage d’une expérience initiatique et symbolique identique (les rites de passage) mais vécue et perçue différemment. La fraternité dépasse la simple dynamique des échanges et du travail réalisé par les FF∴ en L∴ . Elle s’exprime par un devoir d’entraide et par le sentiment profond de leurs liens chargés d’affection et de tendresse.

La solidarité contribue autant que possible à la promotion d’actions favorisant l’éclosion et le renforcement de la justice sociale. Elle se manifestera en particulier par des actions au bénéfice des plus démunis de la société, qui pourront être aussi bien dirigées vers des structures de notre environnement immédiat, que vers celles de pays plus éloignés.